AKWABA CITY

Pôle économique et d'habitats

Concept

Concept

S’inscrivant dans le cadre du SDUGA, l’axe Abidjan-Anyama présente l’image d’une zone d’extrême pauvreté eu égard au développement incontrôlé et anarchique du tissu urbain. L’État a donc décidé de la réalisation de nombreuses infrastructures de soutien sur ledit axe, dont le stade olympique, la cité olympique, l’abattoir international, une gare ferroviaire pour le métro d’Abidjan.

Afin de ne pas maintenir ces infrastructures dans un environnement insalubre et non viabilisé, l’État a, dans une optique de PPP, concédé à la société SOPHIA SA, le marché de l’aménagement d’une zone dont la superficie est estimée à 7 630 ha, avec l’assistance technique du MCLU.

Le projet dont le financement est à mobiliser par SOPHIA SA, est de type viabilisation complète, comprenant :

- Le tracé et l’ouverture des voies en bitume ;

- La construction du réseau d’électricité (moyenne et basse tension) ;

- L’équipement des rues en éclairage public ;

- L’adduction en eau potable ;

- La construction des réseaux d’assainissement (eaux usées et eaux pluviales).

Par ailleurs, la Fédération Nationale des Acteurs du Commerce de Côte d’Ivoire (FENACCI) qui compte 1 500 000 adhérents répartis sur 135 sections sur le territoire national, en partenariat avec la Commune d’Anyama, la Commune d’Adjamé et la société SOPHIA SA, ont décidé d’accompagner l’État de Côte d’Ivoire par la réalisation d’équipements structurants afin de garantir un attrait économique dudit axe. Au total, le projet comporte 2 phases distinctes :

La première phase

Elle se rapporte à la convention de concession État de Côte d’Ivoire/SOPHIA SA et concerne la viabilisation complète des 7 630 ha, à son lotissement en vue de la cession des lots à des acquéreurs, abstraction faite des superficies réservées pour les équipements structurants ci-dessus (1 670 ha) ainsi que des superficies réservées aux voies et servitudes (1 788 ha, soit 30% de la superficie restante). Les 4 172 ha restant après les superficies réservées, sont vendables en lots, après morcellement. Le prix de vente des lots servira à couvrir le coût de réalisation du Projet, à rembourser les emprunts contractés et à assurer la marge de la société SOPHIA SA.

 

La deuxième phase

Dans cette phase, autonome par rapport à la première, SOPHIA SA, la FENACCI, la Commune d’Anyama, la Commune d’Adjamé et l’État de Côte d’Ivoire, rechercheront des partenaires pour réaliser les 8 projets suivants, sur les superficies réservées de 1670 ha :

- Pôle 1 : Le Marché de gros d’Abidjan sur une superficie de 725 ha ; des contacts ont d’ores et déjà été pris avec des partenaires potentiels éventuels dont le Marché de gros de Paris, Rungis ;

- Pôle 2 : Village de l’Artisanat sur une superficie de 150 ha ;

- Pôle 3 : Sanitaire (polyclinique) sur une superficie de 50 ha ;

- Pôle 4 : Educatif (réservé à des établissements primaires, secondaires et universitaires et technique) sur une superficie de 175 ha ;

- Pôle 5 : Le Marché de l’Anacarde sur une superficie de 100 ha ;

- Pôle 6 : Le Marché (Village) de la Cola sur une superficie de 250 ha ;

- Pôle 7 : Universitaire (réservé à une université ivoiro-canadienne) sur une superficie de 170 ha ;

- Pôle 8 : Culturel sur une superficie de 50 ha.

Dans cette phase, chaque pôle constituera un projet à part entière dont la rentabilité financière assurera sa viabilité.

Toutes ces 2 phases sont à réaliser sur une période de 10 ans maximum.

Par ailleurs, le projet AKWABA CITY est conçu de manière à préserver les intérêts des parties prenantes (État, Détenteurs des droits coutumiers, prêteurs, entrepreneurs, SOPHIA SA) tant au plan technique qu’au plan financier.

En effet, au plan technique, outre le soin qui sera mis dans le choix des intervenants extérieurs, l’État sera fortement impliqué dans le suivi des travaux à travers le BNETD et le MCLU.

Au plan financier, toutes les ressources extérieures du Projet (emprunts, produits des ventes de lots viabilisés aux acquéreurs, marge de la société SOPHIA SA), transiteront obligatoirement par un compte séquestre dont le fonctionnement est mis sous la triple signature du Chef de file du collège des Notaires, du Président de la FENACCI et de la société SOPHIA SA ; ce compte sera nanti en faveurs des prêteurs.